Aigremont

Aigremont
Aigremont
Nombre d'habitants
1 066
Elus communautaires
Voir les fiches des élus
En savoir plus

Aigremont, situé le long de l’ancienne voie romaine d’Uzès à Sauve, tire son nom du latin « acer mons » (colline escarpée) en raison de sa position à 150 mètres d’altitude. Le village est traversé par trois cours d’eau principaux : La Rivière La Courme, le Ruisseau de Bay, et le Ruisseau des Trois Seigneurs.

Au XIVe siècle, Philippe le Bel donne la Baronnie d’Aigremont au Seigneur Guillaume de Plaisian, qui fait construire le château entre 1320 et 1360. Les murailles du château forment un cercle presque parfait, laissant penser qu’Aigremont a été fondée sous la forme d’une « circulade ». Malheureusement, le château fut détruit et pillé pendant la Révolution.

Des vestiges archéologiques sur le site du Château d’Aigremont témoignent de la présence d’établissements ruraux occupés pendant l’Empire romain. On y trouve des tuiles, des fragments de poteries, des pierres taillées et d’autres artefacts anciens.

La tour donjon, d’architecture romane, datant du XIIe ou XIIIe siècle, se dresse au centre de la cour du château. Au nord, on trouve une tourelle de 2 mètres de diamètre, et au sud, le porche d’entrée arbore les dates de 1360 et 1760.

L’église, incendiée en 1703 par les Camisards, fut restaurée puis détruite à la Révolution. Une nouvelle église du XIXe siècle, située sur la placette, a également disparu.

Le temple est quant à lui situé juste à la limite du village.

Aigremont possède une particularité en étant situé au centre géographique du Gard, ce qui a conduit à la construction du Mémorial départemental dédié aux soldats gardois morts pour la France en Afrique du Nord.

Une table d’orientation près du foyer Francis Perrigot permet de profiter d’un panorama s’étendant du Pic Saint Loup aux Monts d’Ardèche, et offre également un historique de la guerre des Camisards.

Les Ravines d’Aigremont, une Zone Naturelle d’Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique, située au Nord-Est de la commune, abritent deux espèces peu communes, protégées en France et dans la Communauté Européenne : Le Pipit Rousseline et l’Alouette Lulu.

Carte interactive

Localisez les points d'intérêts de la collectivité

Revenir en haut de page